On voit que ce rapport, écrit au printemps 2009, et qui analyse très précisément la situation de Planas, annonce 7 années auparavant ce que les Juges du TSJC ont confirmé dans leur sentence de Juillet 2016, lorsqu’ils ont ordonné la dissolution de l’EUCC.

Mais que de temps et d’argent perdus….

Question concernant le refus du Conseil Municipal d’assumer les services de l’urbanisation

“Le Conseil Municipal persiste dans l’erreur de considérer qu’il n’a aucune responsabilité dans l’urbanisation jusqu’à ce que le projet d’urbanisation ait été exécuté et que le Conseil Municipal ait accepté les travaux réalisés à son entière satisfaction.

Cet argument est totalement inadmissible. Cela serait acceptable si nous parlions d’une nouvelle urbanisation de sol vierge, c’est-à-dire de terrain non bâti et que le processus de transformation urbaine ait été réalisé en satisfaisant à toutes les exigences et suivant la procédure légalement établie pour transformer une terre urbanisable en terre urbaine.

Ce n’est pas le cas de l’urbanisation de Planas del Rey. L’urbanisation de Planas del Rey, malgré ses nombreuses déficiences, est déjà légalement urbanisée et a commencé à être construite il y a de nombreuses années. Il est légal de la considérer comme terre urbaine consolidée.

Le Conseil Municipal reconnaît cette situation chaque fois qu’il accorde un permis parce qu’il est possible d’accorder des permis de construire seulement dans les terrains urbains consolidés.

En fait, il y a longtemps que le conseil municipal aurait dû assumer tous les services de l’urbanisation, parce que la disposition transitoire numéro 7 du décret-loi 1/1990, du 12 juillet, fixait à 5 années la durée maximale des Entités de Conservation.

Par conséquent, l’Entité de Conservation Urbaine (ECU) aurait dû être dissoute et liquidée en 1993. Ce qui signifie qu’à partir de cette date, la seule mairie responsable de la fourniture des services de l’urbanisation est la Mairie de Pratdip.

Le fait que l’Entité de Conservation de Planas del Rey continue à développer son travail, est uniquement dû à votre bonne volonté et à la bonne foi des propriétaires de parcelles, qui n’ont pas encore déposé devant les tribunaux de demande de dissolution de l’Entité(ECU).

Si la mairie continue dans les intentions qu’elle montre ces derniers temps, je recommande que ce soit l’ECU elle-même qui demande sa dissolution judiciaire et oblige la mairie à prendre en charge une fois pour toutes les services.

À cela, il faut ajouter que le jugement du Tribunal Supérieur de justice de Catalogne du 25 janvier 2008 a établi avec clarté que l’Entité de Conservation de l’Urbanisation de Planas del Rey n’a pas compétence pour fournir des services de ramassage des ordures et de ravitaillement en eau. Cela signifie que le seul responsable, aujourd’hui du manque de fourniture de ces services auprès des habitants est la mairie de Pratdip.

J’en ai assez de répéter dans les divers rapports que je vous ai envoyés que la Loi de Base du Régime Local impose au conseil municipal de Pratdip l’obligation de garantir la fourniture dans toute le territoire municipal des deux services.

Il y a donc trois raisons cardinales de forcer le conseil municipal à assumer les services de l’urbanisation, à commencer par le service d’alimentation en eau et le service de ramassage des ordures:

  1. L’entité de conservation devrait être dissoute et liquidée depuis déjà de nombreuses années et les services que cette gestion transférée en bloc au Conseil Municipal au moment de sa dissolution.
  2. La Loi sur les Bases du Régime Local oblige le Conseil Municipal à garantir dans toute la municipalité la fourniture des services obligatoires minimum, parmi lesquels la collecte et le traitement des déchets et l’approvisionnement en eau potable.
  3. Le jugement du Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne du 25 janvier 2008 a clairement indiqué que l’Entité chargée de la conservation(EUCC) n’avait pas compétence pour fournir ces services, de sorte que son exercice, à cette époque par l’ECU serait manifestement illégale.

Les seules personnes qui peuvent encourir de sérieuses peines personnelles et patrimoniales pour le manque de services sont le Maire de Pratdip et les Conseillers qui l’ont soutenu dans cette série de résolutions absurdes et stupides qu’ils ont adoptées récemment.

Par conséquent, gardez ma recommandation dans le cas où vous voulez fournir ces services, parce que leur prestation par l’Entité de Conservation est illégale selon la Cour suprême de justice de Catalogne.”

Share This