Lettre d’information à tous les propriétaires de l’Entité.

Mesdames, Messieurs les propriétaires,

En ce 31 octobre 2017, nos avoirs financiers ne s’élevant plus qu’à 3927,51 euros, nous arrivons au terme de la gestion de la maintenance en Conservation de notre Entité.
En conséquence à ce manque de finances, nos travailleurs sont licenciés et n’opèreront plus au maintien en Conservation de Planas à partir du 1er novembre 2017.
Planas est donc livré à lui-même, nous déplorons d’en arriver à cette situation de chaos car jusqu’au bout nous avons attendu en vain une réaction satisfaisante du monde politique de PRATDIP.

Depuis toujours la gestion financière de notre entité a été difficile par le fait qu’un certain nombre de propriétaires ne s’acquittaient pas de leurs charges communautaires et ce d’autant plus que la récupération de leurs dettes (MOROSOS) est lente et rendue très difficile de par les lois et la justice en vigueur dans ce pays.

En juillet 2016, le Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne a rendu une sentence de dissolution de notre entité. Mais cette décision de justice n’a pas été suivie, comme nous pouvions l’espérer, par une sentence d’application qui en aurait indiqué les modalités.

Très rapidement, la Mairie de PRATDIP s’est empressée de sortir un décret communal pour ne pas se retrouver immédiatement obligée de reprendre notre entité.
Des propriétaires, suite à cette décision du TSJ et à tout le flou juridique qui en a résulté, ont préféré ne plus payer leurs charges. On a ainsi constaté une volonté de réduire à néant les finances de notre entité avec pour objectif final, la fin de l’autogestion de Planas et mettre la mairie de PRATDIP devant ses responsabilités. MAINTENANT, NOUS Y SOMMES.

Comment se compose le paysage politique de PRATDIP après les élections de 2014?

Le parti “CONVERGENCIA” est dans la majorité avec 3 élus dont le maire.
Le parti “UNIDOS POR PLANAS” était dans cette même majorité avec 1 élu. Le parti “PSC” est dans l’opposition avec 3 élus.
Le groupe “Unidos POR PLANAS” s’est à juste titre retiré de cette majorité en avril 2017 parce que le maire ne respectait pas les accords qu’il leur avait pourtant signés en faveur de Planas.
A ce jour, le parti “CONVERGENCIA” ne se retrouve donc plus qu’avec 3 élus sur 7, face aux 3 élus du “PSC et 1 élu pour UNIDOS POR PLANAS.

Alors que nous pouvions croire que la seule solution pour Planas était le monde politique, force est donc de constater que tant le PSC (3 élus) qu’UNIDOS POR PLANAS (1 élu) n’ont pu arriver à s’entendre pour former une nouvelle majorité, laquelle aurait du se révéler beaucoup plus utile pour Planas. Pourtant, les deux parties se sont réunies en plusieurs séances mais nous ne connaissons pas les exigences des uns et des autres, lesquelles ne leur ont probablement pas permis qu’ils se mettent d’accord.
C’est un échec pour Planas qui va vivre le chaos mais aussi pour nos braves travailleurs qui ont perdu leur emploi, et ça, pour le pouvoir et tous les acteurs responsables, c’est une honte!
Quand on sait que PRATDIP reçoit annuellement plus de 400.000 euros d’impôt foncier (IBI) concernant nos propriétés ainsi que pour les subventions du nucléaire grâce aux personnes de Planas qui sont empadronnées, on est en droit de se poser beaucoup de questions sur ce que PLANAS représente en réalité pour eux.

Pour l’EUCCPR.
Le Président : PEUMAN Christian
Le secrétaire : LALOYAUX Marc

Share This