Traduit avec Google Traducteur

Un groupe de résidents de l’urbanisation Planes del Rei de Pratdip ont contacté le Diari de Tarragona pour dénoncer l’état d’abandon que présente la zone.

Une situation qui a empiré au cours des dernières années et de blâmer la mairie. Òscar Serrano, l’un des habitants de Planes del Rei, explique que le conseil municipal n’a jamais investi dans les services minimums et l’entretien des routes publiques. C’est ce qui a conduit à un manque d’éclairage et de mauvaises routes, entre autres.

“Nous payons entre 700 et 800 € de charge par an à la communauté de Planes del Rei, plus 800 € de IBI à la mairie de Pratdip, et nous avons dû embaucher trois personnes pour nettoyer les rues, “dit Serrano, qui souligne que l’urbanisation a tous les services urbanistiques pour être considérés comme terrain municipal. “Nous avons même usine de traitement des eaux usées que n’a pas Pratdip”, dit-il.

En effet, les habitants veulent que Planes del Rei devienne publique et demandent d’avoir les mêmes droits et obligations que les autres résidents de la municipalité. L’affaire est en cour. En fait, Serrano se réfère à un jugement du TSJC de Juillet 2016 qui considère obsolète la société qui gère l’urbanisation “par l’inefficacité de la mairie de mener à bien une procédure adéquate pour passer l’urbanisation àson intégration pleine comme sol urbain.”

Oscar Serrano expose également le grief comparatif qui existe au niveau économique et qu’il appelle “l’évasion fiscale”. Pour faire valoir cette accusation, Serrano déclare que, parmi les 240.000€ de IBI recueillis l’année dernière par le consistory, environ 200 000 euros ont été collectés dans l’urbanisation

En outre, il note, que l’urbanisation ne recevait rien en retour des taxes annuelles et des subventions de la centrale nucléaires. Au total, un chiffre d’environ 588 000 € par an qui serviraient à investir dans l’amélioration de l’urbanisation.

Mais tout ne se termine pas ici. Et l’histoire prend une tournure politique aussi intéressante. Au cours des dernières élections municipales, un groupe de résidents ont été présentés en tant que parti politique – Le groupe electoral Unidos por Planes del Rei – et avec 69 votes ils ont obtenu un conseiller municipal qui, en fin de compte, étaient déterminés à rompre le lien entre CiU, maintenant PDeCAT, y PSC – à la fois avec trois conseillers CiU mais avec sept votes de plus. Finalement, Unidos por Planes del rei a décidé de former un gouvernement avec le CiU avec l’accord que l’urbanisation serait intégrée au village de Pratdip et que l’entretien et la maintenance ne serait pas à la charge des résidents.

Il y a quatre mois le manque de volonté politique a brisé cette alliance. « Nous nous sentons floués et c’est la raison pour laquelle nous avons quitté le conseil municipal. Tout ce que nous demandons est légal et équitable. », dit Òscar Serrano, qui est à la tête de la formation politique.

Réceptionner les services

La Mairie de Pratdip assure que pour le moment tout ce que demande les habitants de Planas del Rei et le parti politique Unidos por Planas ne peut être effectué. Le maire de Pratdip, Joan Maria Rovira, reconnait que l’urbanisation présente des déficits urbains qui pourront seulement être améliorés quand les services seront réceptionnés.

Pour cela, les premiers projets de reparcellisassions et de réurbanisation qui sont déjà en cours devraient être approuvés, et qu’ils doivent payer les résidents eux-mêmes. Une option rejetée. “Ils veulent que le conseil municipal passe au-dessus de la loi et cela ne se produira pas. La législation actuelle ne nous permet pas d’agir urbanistiquement.” dit-il. Concernant la spoliation présumée, le maire nie qu’il en est ainsi et il l’attribue cette revendication à des problèmes économiques auxquels fait face la société (le bureau) qui gère Planes del Rei.

Pour terminer, le PSC déclare qu’à ce jour, il ne signera aucun pacte, considérant qu’il n’a pas été réalisable et le cas échéant affecterait un montant à chaque habitant.

Pratdip-Les planes del rei-la presse est venue nous rendre visite

Vers l’article original

Share This